Tous les articles par Nelly Roussel

Vélo-Cité recrute ! Technicien.ne cycle en cdi

Devenez Technicien.ne cycle pour la Maison Itinérante du vélo de la rive droite

Vélo-Cité recrute Technicien.ne cycle Maison itinérante du vélo rive droite

Forte de ses 1300 adhérents en 2021, Vélo-Cité apporte son expertise et ses compétences pour favoriser le développement du vélo sur la Métropole bordelaise depuis 1980.

Découvrir la fiche de poste >>
http://velo-cite.org/wp-content/uploads/2022/03/Technicien.ne-cycle-MIDV-2022.pdf

Adresser CV + lettre de motivation à :
recrutement@velo-cite.org

Le poste – Technicien.ne cycle

Le/la technicien.ne cycle animera principalement les ateliers de réparation participatifs et sera amené.e à participer aux autres actions du programme de Vélo-Cité et de la Maison Itinérante du Vélo.

Il/elle mènera ses missions sous la responsabilité du Conseil d’Administration, plus particulièrement de son Président en collaboration avec l’équipe salariée et du référent du projet de la Maison Itinérante du Vélo.

L’un des enjeux clé du poste sera de développer et mettre en place l’ensemble des activités prévues dans le programme, en cohérence avec la stratégie définie par Vélo-Cité, tout en s’adaptant aux spécificités des différents publics et des communes et en partenariat avec les acteurs du territoire.

1. Animer des ateliers de réparation participatifs

Accompagner les adhérents dans les réparations : diagnostic, explications, conseils, autonomisation, sécurité, bonne utilisation et organisation des outils. . Recevoir les adhésions et s’assurer de sa mise à jour pour accéder aux ateliers. . Animer des ateliers participatifs avec nos structures partenaires (salariés, grand public…). . Animer des formations thématiques d’apprentissage des réparations cycle, auprès de différents publics. . Assurer la bonne tenue de l’atelier, du matériel (modules, outils et vélos) et des locaux mis à disposition de la Maison Itinérante du Vélo. Conserver un espace d’accueil propre et convivial. . Gérer le stock de pièces (occasion, neuves) / Rendre compte des besoins en approvisionnement. . Participer à l’organisation de la récupération des vélos et pièces (remise en état et démontage) de l’association.

2. Accueillir et renseigner le public

Renseigner et conseiller sur la pratique du vélo et des mobilités alternatives. . Orienter vers les ateliers. . Relayer le prêt de vélo gratuit métropolitain de la MAMMA (Maison Métropolitaine Des Mobilités Alternatives).

3. Animer et réaliser le marquage Bicycode des vélos
4. Entretenir la flotte de vélos

Entretien régulier des cargos électriques et remorques atelier de l’association.

5. Participer aux actions et au fonctionnement de l’association

Participer aux différentes actions de la « Maison Itinérante du Vélo ». . Participer aux temps de la vie associative (réunions d’équipe, Bureau, CA…). . Contribuer à l’évaluation des projets sur ses missions. . Encourager la pratique vélo à travers son discours et ses actions et promouvoir les activités globales de Vélo-Cité.

En savoir plus >> http://velo-cite.org/wp-content/uploads/2022/03/Technicien.ne-cycle-MIDV-2022.pdf

Dans la même categorie

Vélos interdits sur la voie verte du Bord de l’Eau à Bouliac

Des travaux très perturbants sur la route du Bord de l’Eau à Bouliac

itinéraire-contrarié-fermeture_piste-labepie

La route du Bord de l’Eau à Bouliac (piste Lapébie menant à Latresne) est fermée pour des travaux d’assainissement ! Comme d’habitude, les cyclistes ne sont pas considérés, avec un itinéraire de déviation ubuesque et dangereux.

Depuis le 22 février et pour 1 mois, la voie verte est totalement coupée !

fermeture-piste-lapebie_Bordeaux-2bis

La déviation proposée, totalement irréaliste au vu de sa dangerosité, revient de fait à interdire les vélos sur cet axe pourtant très emprunté pour les trajets du quotidien et pour les trajets de loisirs.

Après la fermeture brutale du pont Saint Jean en septembre dernier, des engagements avaient été pris pour que les cyclistes soient enfin pris en compte sérieusement pendant les travaux, ça n’est donc toujours pas le cas.

Sur place les cyclistes n’identifient clairement pas la déviation et donne donc à voir de très jeunes enfants sur des échangeurs autoroutier.

Supprimer brutalement un axe majeur de la métropole pour les vélos n’est pas entendable et un changement majeur doit s’opérer auprès :

  • des élus, pour ne plus accepter des travaux sans solutions viables pour les cyclistes
  • des services techniques qu’ils développent de vraies alternatives
  • des entreprises qu’elles ne choisissent pas des solutions à minima

Après le meilleur lors des travaux du Pont de Pierre début 2021, avec un travail qualitatif de déviation des vélos, nous re-voici face au pire : une fermeture abrupte des pistes cyclables.

En septembre dernier nous prenions l’exemple des phases de travaux aux Pays-Bas, où ils réalisent des pistes temporaires parfois de meilleures qualités que nos aménagements définitifs, cet exemple est toujours d’actualité et il faut maintenant accepter que cela aura un coût et des implications techniques parfois fortes.

Il est donc impératif que dans le futur, les usagers du vélo soient pris sérieusement en considération par tous les élus, services et entreprises de travaux.

Les travaux doivent se terminer le 18 mars.

Dans la même categorie

Baromètre des villes cyclables 3e édition : retour sur les résultats dans la métropole bordelaise

La FUB – Fédération Française des Usagers de la Bicyclette – a publié le 10 février dernier le palmarès et les résultats de son enquête des villes cyclables clôturé en novembre dernier. C’est la plus grande enquête citoyenne sur le vélo dans le monde.

visuel_site_actu_fub_80x400

La 3ème édition du Baromètre des villes cyclables a rencontré une participation record (le double de 2019), avec quelques 277 384 contributions, 1625 communes qualifiées et plus d’1 million de contributions cartographiques. Ce fort engouement a permis de classer beaucoup plus de communes qu’en 2019 et d’avoir des répondants aux profils variés. Les résultats sont donc plus hétérogènes et collent davantage à la réalité, quand sur l’avant dernière édition les répondants étaient majoritairement des hommes sportifs, faisant du vélo quotidiennement.

Ce classement, uniquement basé sur les retours d’usagers, fait aujourd’hui référence en France.

Il reflète principalement :

  • La progression du confort cyclable
  • La qualité des aménagements dans la commune

Pour citer Olivier Schneider, président de la FUB depuis 2015, puissent les résultats du Baromètre permettre que les actions prisent à toutes les échelles se fassent « le mieux possible, c’est-à-dire en étant inclusif, ambitieux, pertinent ».

Ci-après quelques éléments de réponse pour lire ce palmarès et ces résultats 2021.

Découvrir le classement

 

Le Baromètre des villes cyclables dans la métropole bordelaise

Coup d’œil sur la Métropole bordelaise pour ce 3ème baromètre des villes cyclables, qui a enregistré une participation relativement faible à Bordeaux avec seulement 1916 habitants répondants contre 2619 contributions en 2019 (la tendance est la même sur toute la métropole, mais plus de villes se sont qualifiées cette année en récoltant plus de 50 réponses).

Bordeaux 10ème des villes de plus de 100K habitants

Bordeaux se voit aujourd’hui attribuée la 10ème place du classement dans la catégorie « Grandes villes » de plus de 100K habitants. La ville stagne donc, elle reste en effet à la 5ème place des villes de plus de 200K habitants (elle était 5ème en 2019), avec une note de 3,40 proche de celle de 2019 (3,24).

Classement des grandes villes baromètres des villes cyclables

Classée D, elle apparaît donc comme une ville moyennement favorable au vélo selon les critères du Baromètre des villes cyclable, avec d’autres villes comme Le Havre, Angers ou Tours.

Une note légèrement supérieure à la moyenne de 3,40/6

Pourtant, point positif, l’évolution ressentie atteint tout de même les 25%, avec une note légèrement supérieure à la moyenne de 3,40/6 (contre 3,24 en 2019). Une progression donc, preuve en est que les choses bougent dans le bon sens dans la ville. Bien sûr, tout n’est pas rose et la marge de progression reste importante quand on voit que la note obtenue équivaut à un climat moyennement favorable au vélo.

Un sentiment d’insécurité sur les pistes cyclables à Bordeaux

Globalement, c’est l’insécurité qui prime en termes de ressenti sur les pistes cyclables à Bordeaux comme dans la plupart des communes de France, notamment chez les enfants et les seniors. Preuve en est que nos aménagements cyclables restent à rendre plus qualitatifs. Mais ce sentiment est également en progression par rapport à 2019, les habitants se sentent donc malgré tout de plus en plus en sécurité, ce qui rejoint donc l’avis sur les efforts de la ville que les bordelais jugent en progrès.

Le ressenti vis-à-vis du confort stagne et ce critère reste classé D. Si les pistes cyclables se développent, elles ne permettent donc pas de mettre à l’aise les cyclistes de plus en plus nombreux. On pointera du doigt ici notamment : la discontinuité du réseau, le manque de signalétiques et la qualité des aménagements.

 

A Bordeaux : les points noirs, les progrès et le manque de stationnement

Du côté de la cartographie, on observe que les points forts de la ville en verts sur la carte sont :

  • Les boulevards et ses aménagements temporaires
  • Le cours de la Somme
  • Le cours du Maréchal Juin dans le quartier Mériadeck
  • Le cours de Verdun
  • La rue Lucien Faure
  • Le pont de Pierre
  • Et de manière générale les quais : rive droite et rive gauche.

Avec une progression due sur la plupart de ces axes aux nouveaux aménagements cyclables.

Mais on y découvre également le pendant inverse : le progrès amené par ces aménagements qui sont nouveaux est contre balancé par leur manque de sécurité et de confort. C’est notamment le cas des boulevards qui enregistrent une impression d’amélioration mais aussi de nombreux points noirs, notamment au niveau des intersections. On ne le répétera donc pas assez, si on veut certes des aménagements cyclables partout, on veut avant tout de la qualité, indispensable au confort et à la sécurité des cyclistes. Les aménagements temporaires doivent rester une première étape avant de développer des pistes cyclables en site propre et de largeur adéquate, identifiables et impactantes afin de privilégier la mobilité douce.

Autres points noirs qui ressortent de ce baromètre 2021 : la route de Toulouse, le cour Gambetta et plus généralement l’ensemble des cours, le centre ainsi que les intersections (à la Victoire et au niveau du pont Saint Jean par ex.). La route est encore longue pour notre ville cyclable rêvée…

Du côté du stationnement, la note est stagnante ce qui signifie donc que le stationnement augmente puisque le nombre de cyclistes est en progression. La carte nous apprend par contre où de nouveaux stationnement sont attendus. Un support donc important pour développer de futurs stationnements qui soient pertinents, avec des stationnement en extérieur aux endroits stratégiques mais aussi des stationnements sécurisés. Le stationnement sécurisé est un passage obligé quand on voit que les vols de vélo sont jugés très fréquents sur Bordeaux (note de G). Et comme on le voit à Strasbourg et Grenoble, l’amélioration de la pratique ne va pas sans un service de stationnement qui suit.

Gageons donc que ces résultats seront perçus par nos élus comme une invitation à faire mieux et qu’ils miseront d’autant plus sur un réseau cyclable qualitatif dans la métropole pour faire de la sécurité à vélo une priorité.

Découvrir la cartographie

 

Des exemples pour Bordeaux avec les bons élèves du Baromètre des villes cyclables

Sur le podium de la catégorie « Grandes villes », avec le meilleur ressenti de la part des cyclistes, on retrouve cette année :

En 1er  Grenoble, qui passe ainsi devant Strasbourg à 0,03 points près ; En 2ème Strasbourg ; Et en 3ème Rennes, qui fait sa grande entrée sur le podium des grandes villes.

Bravo à elles !

273322159_5081532908545029_6320142532859767298_n

Ces villes se démarquent par des réseaux cyclables de plus en plus qualitatifs. 2 d’entre elles : Grenoble et Strasbourg ont une note supérieure à 4. Bordeaux en comparaison peine à atteindre les 3,40.

Les 3 lauréats sont donc des exemples à suivre et montrent que quand il y a une volonté cyclable de la part de la municipalité, on peut ! Grenoble et Rennes affichent une progression de plus de 50%. Seule Strasbourg qui était avant en tête du classement à une progression moins conséquente mais tout de même de 25%. « Preuve que le vélo s’inscrit durablement dans le paysage et pas seulement à Strasbourg » soulignait sur France Bleu Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg.

Découvrir le classement

 

La métropole bordelaise globalement à la traîne sur le plan vélo…

Bordeaux_barometre-villes_cyclables-métropole-bordeaux

On aime bien cette expression de « à la traîne » car ça n’est jamais une fatalité, une ville n’est pas nulle en matière de cyclabilité parce que c’est ainsi mais bien parce que les bonnes décisions n’ont pas encore été prises, que la volonté n’y est pas.

A la traîne donc, mais la métropole enregistre quand même une progression, avec selon les répondants de plus en plus d’efforts qui sont faits sur les 28 communes.

« Les communes de banlieue sont tirées vers le haut par les villes-centre ».

On observe également que la métropole tend vers une certaine homogénéité du ressenti cyclable. Les analystes en ont d’ailleurs conclu sur l’analyse globale du baromètre que les communes de banlieue « sont tirées vers le haut par les villes-centre ».

 

La rive droite reste timide en termes de progression

Le Baromètre des villes cyclables 2021 permet de se rendre compte que les villes de la rive droite sont encore à la traîne. La plupart ne dépassent pas la note de 3 et sont donc classées E, plutôt défavorables au vélo.

Bordeaux_barometre-villes_cyclables-rive-droite-métropole-bordeaux

Un retard latent qui s’inscrit dans la durée malgré des améliorations à Lormont notamment qui, elle, a une progression ressentie de +16%. Certaines comme Cenon, tirent leur progression de la métropole. On le voit avec l’avenue Thiers en vert sur toute une première partie puis qui vire au rouge une fois passée la côte des 4 pavillons.

Encore trop de discontinuités dans le réseau cyclable de la métropole et des aménagements peu qualitatifs

Le peu de points verts rive droite sur la cartographie des aménagements peut s’expliquer par l’exigence de plus en plus forte des cyclistes. Ces derniers très certainement habitués à rouler dans les autres communes de la métropole souhaitent des pistes cyclables d’autant plus sécurisées et confortables dans leur commune de la rive droite.

Mais le retard ne s’enregistre pas bien sûr que rive droite : Ambarès-et-Lagrave, Parempuyre, le Bouscat ou encore Villenave-d’Ornon, sont toutes classées F, soit défavorables. Au Bouscat, on notera par exemple le passage du tram D qui est ressort en rouge sur la carte. Pour cause, les pistes cyclables y sont absentes.

Misons donc que le ReVE et son réseau commun pourrait combler ces écarts dans la métropole pour tendre vers plus d’homogénéité et pallier les discontinuités qui pèsent grandement.

D’autres communes se démarquent par leurs efforts

Mais la métropole est tout de même comme on le disait en progression avec des villes comme Pessac, Artigues-près-Bordeaux ou Gradignan qui affichent toutes une évolution des données de plus de 20%.

Autre exemple avec la ville de Bègles qui atteint une note de 3,35, proche donc de celle de Bordeaux. Les habitants relèvent notamment le fait qu’il est facile d’y trouver un magasin cycle ou un atelier de réparation vélo. Ce qui pèche encore ce sont : la route de Toulouse bien évidemment ou encore le cour Victor Hugo, avec de gros points noirs soulignés par les usagers.

On notera enfin les villes en tête du classement dans la métropole, qui viennent rehausser la note globale. Bravo à elles !

  1. Saint-Aubin-de-Médoc
  2. Blanquefort
  3. Gradignan

( Bordeaux est, elle, 4ème)

Saint-Aubin-du-Médoc finit également 1er du classement des « villes de banlieues ».

 

Saint-Aubin-de-Médoc et le Teich sur le podium du Baromètre des villes cyclables 2021

Dans la nouvelle catégorie des « Communes de banlieue », on a donc 2 villes de Gironde qui arrivent en tête. Et c’est Saint-Aubin-de-Médoc qui est sur la plus haute marche du podium avec une excellente note de 4,89 et la meilleure évolution. Elle est suivie par Le Teich et Séné. Lacanau suit en 4ème place.

On note également que la Gironde affiche un grand nombre de villes qualifiées, notamment sur le bassin d’Arcachon.

« J’ai investi 70% de mon budget voirie dans les aménagements cyclables »

Saint-Aubin et le Teich ne se sont pas hissées sur le podium sans raison, c’est qu’elles y ont mis les moyens souhaités. Un travail de longue haleine qui est aujourd’hui salué par les cyclistes. Christophe Duprat, maire de Saint-Aubin-de-Médoc le dit, s’il est parvenu à cette note de 4,89 (un A+ qui lui vaut aussi la meilleure note de France) c’est parce que depuis 12 ans il investit « 70% de son budget voirie dans les aménagements cyclables » et c’est très fier qu’il affiche ses 21 km de pistes cyclables sur 60 km de voirie urbaine. La preuve que les villes périurbaines peuvent aussi se mettre au vélo même si la voiture y occupe une part importante : Saint-Aubin-du-Médoc manque de cyclistes en comparaison aux aménagements proposés. Enfin, son vélobus mis en place depuis seize ans, avec des agents municipaux qui encadrent les enfants à vélo doit également être une source d’inspiration.

 

La France mauvaise élève mais une cyclabilité qui augmente d’année en année

barometre_villes_cyclables_france_1

On rappellera tout de même qu’en France la moyenne des communes notées est de 2,98/6, ce qui n’est pas la moyenne et équivaut à un E, soit en langage baromètre à un climat vélo « plutôt défavorable ».  Force est de constater que la France est mauvaise élève (pas la moyenne = pas le BAC), avec des communes qui sont bien loin de la cyclabilité atteinte par nos pays voisins : Pays-Bas, Allemagne et Danemark.

Le bât blesse notamment du côté de la sécurité à vélo qui enregistre la plus mauvaise note. La sécurisation des déplacements à vélo est la priorité, notamment pour les femmes avec 57,5% des votantes qui se sentent en insécurité. Et cela passe par la création d’aménagements cyclables pour les endroits où il n’en existe pas mais surtout d’aménagements cyclables qualitatifs pour rouler en toute sérénité.

C’est également la place faite à la voiture qui reste un frein à la pratique avec le ¾ des personnes répondantes qui considèrent que le trafic motorisé (volume et vitesse) est gênant pour la pratique du vélo.

On le dit, il n’y aura pas d’amélioration de la cyclabilité (notamment en termes de confort et de sécurité), sans contraindre la voiture ! Comme le dit la FUB, « il s’agit d’une condition sine qua non à la création d’un environnement permettant à tout le monde de circuler à vélo en confiance ».

Frappant également, le confort affiche une augmentation de seulement 0,01% par rapport à 2019 et est toujours inférieur par rapport à 2017 (2,98 en 2017 contre 2, 85 en 2021), du fait qu’il y ait de plus en plus de cyclistes sans que les aménagements suivent et d’une exigence des cyclistes, elle, en constante augmentation.

Enfin, 43% des personnes répondantes déclarent que les conflits avec les piétons sont fréquents.  Les rapports entre les différents usagers, y compris ceux de la mobilité douce, restent donc encore à apaiser.

Le Baromètre des villes cyclables 2021 et le ressenti global des cyclistes qui en ressort confirment donc tous les points d’alerte que nous signalons depuis longtemps chez Vélo-Cité et que nous avons cité ici.

Dans la même categorie

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne loupez plus toute notre actualité !

Dans la même categorie

Notre projet d’une grande vélorue à Bordeaux

La Vélorue Bordelaise_Vélo-Cité

Notre proposition d’une vélorue inédite à Bordeaux

Un an après le lancement de notre plaidoyer “La métropole à vélo”, présenté à l’occasion des élections municipales de mai 2020 dans lequel nous élaborions un plan ambitieux à l’horizon 2026 d’un réseau cyclable à haut niveau de service, nous continuons à voir grand pour la métropole cyclable de demain.

Aujourd’hui nous appelons à la création de la première vélorue structurante et continue inter-quartiers à l’échelle d’une ville (ici la commune de Bordeaux) ; une première française par l’ampleur de la desserte proposée.

Cette idée d’une vélorue vient s’ajouter de manière pertinente et complémentaire aux actions engagées avec notre plaidoyer, en allant encore un peu plus loin dans la place donnée aux cyclistes dans la métropole bordelaise. Loin d’être anecdotique, elle serait un pas de géant vers la mobilité douce. Ainsi, engagez-vous à nos côtés et soutenez sa réalisation.

Proposition Vélorue Bordeaux - Vélo-Cité

Qu’est-ce qu’une vélorue ?

Sur le site du Cerema, on retrouve la définition suivante de la vélorue :

« Il s’agit, dans une rue où la vitesse est modérée, de donner une priorité relative aux cyclistes sur le trafic motorisé. Ainsi, le cycliste se positionne au milieu de la voie et la voiture reste derrière le cycliste. Pour cela, la position du cycliste est matérialisée au milieu de la chaussée à l’aide d’un marquage spécifique constitué de la figurine vélo et d’un double chevron.” Cerema, décembre 2018

Ainsi, la vélorue vient transformer l’espace public existant : les règles de circulation sont modifiées pour favoriser la circulation des cyclistes et assurer leur sécurité ; la présence d’une signalisation et les aménagements sont conçus pour que chaque usager décèle, de façon instinctive, que le partage de la chaussée y est particulier.

Pour une fois, la priorité est donnée aux cyclistes 

Les objectifs d’une vélorue :

  • Un itinéraire majoritairement vélo sur lequel on inverse les priorités d’usage à court terme sans travaux lourds : une même rue mais un usage radicalement différent
  • Diminution de la circulation automobile sur cet axe en supprimant de toute possibilité de transit (pour couper les itinéraires malins) pour tous en maintenant l’accès des quartiers aux riverains (inversion sens de circulation de certains tronçons, mise en impasse, etc.)
  • A moyen terme, développement d’une offre commerciale de proximité nouvelle ou renouvelée sur des axes aujourd’hui peu dynamiques commercialement car trop routiers (développement d’une clientèle de proximité pour des commerces de bouche, restauration, terrasses, associations, etc)
  •  Expérimentation / Mise au point d’une signalisation verticale et horizontale “vélorue” aujourd’hui inexistante ou insuffisante en France (en lien avec le CEREMA ?)

La vélorue bordelaise interquartiers et continue, de Bacalan à Belcier

La vélorue Bordelaise, un axe structurant inter-quartier à l’échelle de la ville. Cet axe irait du nord au sud de Bordeaux : de Cité Claveau à Belcier. Voilà, aujourd’hui notre proposition d’aménagement impactant illustrant parfaitement nos ambitions pour la métropole cyclable de demain. Si nous parvenons à la faire acter à temps, elle devrait être un temps fort du plan mobilité annoncé en septembre prochain par nos élus de Bordeaux Métropole.

Présentation du plan de la vélorue bordelaise

La Vélorue Bordelaise_Vélo-Cité

Consulter la carte en ligne

Nous souhaitons que cette vélorue voit le jour en 3 étapes, en optant pour ce que l’on appelle l’urbanisme « pragmatique » (tactique), comme on le fait aujourd’hui avec les aménagements temporaires post-covid :
– urbanisme tactique d’abord, pour créer les usages
– végétalisation, mobilier, et autres,  dans un second temps
– signalisation définitive ensuite

De notre côté, nous avons pensé une vélorue d’envergure, qui partirait de Bacalan pour aboutir dans le quartier Saint-Jean/Belcier. Voici dans les grandes lignes les rues qui la constitueraient :

rue Blanqui, rue New-York, Cours Henri Brunet, Cours du Raccordement, Cours Saint-Louis, rue du Jardin Public, rue de la Course, rue Saint-Laurent,  rue Abbé de l’Epée, rue du Château d’eau, rue de Belfort, rue Lamourous, rue Cadroin, rue Brian, rue Saint Nicolas, rue Lafontaine, rue Jules Steeg, rue Vilaris, rue Furtado, rue d’Armagnac et enfin, rue des Maraîchers.

Avec une extension déjà pensée dans le quartier de Caudéran, passant par la rue Chevalier, et la rue Alsace-Lorraine pour aboutir Claude Bonnier et finissant rue de Lacanau.

En définitif, la vélorue, telle que nous l’avons imaginée, de part sa taille et donc son impact majeur en termes de mobilité urbaine, viendrait redessiner de manière significative la ville de Bordeaux, donnant aux vélos une visibilité sans précédent. Une belle idée pour se mettre en route vers la mobilité de demain, et que l’on peut même déjà envisager de décliner à l’échelle de la Métropole comme ailleurs dans Bordeaux, par exemple Rive droite. C’est pourquoi nous avons plus que jamais besoin de votre soutien !

Dans la même categorie

Ateliers de réparation vélo participatifs à Mériadeck

Retrouvez-nous désormais tous les 3e mardi du mois pour un atelier de réparation vélo participatif en plein cœur de Bordeaux.

Atelier gratuit, sur inscription.

Atelier de réparation vélo participatif Bricorama Mériadeck

Notre atelier prendra place le temps d’un après-midi par mois au sein du magasin Bricorama Mériadeck et notre équipe sera présente pour vous proposer un diagnostic vélo et de la réparation vélo en participatif.

Venez apprendre à réparer votre vélo avec l’aide de nos techniciens cycles tous les 3e mardi du mois dans une ambiance conviviale. L’atelier de réparation vélo participatif a pour objectif de vous rendre autonome dans l’entretien de votre vélo.

Vous ne le savez peut-être pas mais Bricorama dispose d’un rayon cycle conséquent vous permettant d’équiper et d’entretenir votre vélo. Vous serez donc au bon endroit pour repartir avec un vélo comme neuf !

Atelier gratuit, sur réservation uniquement. Sous réserve des places disponibles. Créneaux de 40min/personne, de 11h30 à 15h30.

Planning et inscription via Hello Asso : https://www.helloasso.com/associations/velo-cite-bordeaux-metropole/evenements/atelier-de-reparation-velo-participatif-a-meriadeck

Adresse : Bricorama, centre commercial Mériadeck – 57 rue du Château d’Eau, 33000 Bordeaux. Rendez-vous rue Claude Bonnier au point d’information E (en face de l’arrêt du tramway). Notre équipe vous accueillera et vous guidera jusqu’à l’atelier. L’accès avec un vélo étant réglementé, il ne pourra se faire que par cette entrée.

Les dates des ateliers : mardi 15 février 2022 ; mardi 15 mars 2022 ; mardi 19 avril 2022 ; mardi 17 mai 2022 ; mardi 21 juin 2022 ; mardi 19 juillet 2022 ; mardi 20 septembre 2022 ; mardi 18 octobre 2022 ; mardi 15 novembre 2022 ; et mardi 20 décembre 2022.

Plus d’informations : 05.56.81.63.89 // contact@velo-cite.org

Pour information notre atelier vélo est également présent dans 4 communes de la rive droite : découvrir le planning.

Plan vélo métropolitain 2021 – L’avis de Vélo-Cité

Le plan vélo de la métropole : « un plan d’actions pour faciliter la pratique du vélo » à horizon 2030

Rappel du contexte

Ce plan vélo est le 3éme du genre, si le premier (2012) fut un échec partiel faute de financement, le second offrait quelques promesses mais là encore nous avons vu que beaucoup de bonnes idées ont été dévoyées et que nombre de projets sont restés  inaboutis.

Rappelons que l’objectif était d’obtenir une part modale du vélo de 15% en 2020 dans l’ensemble de la métropole, or nous sommes aujourd’hui à 8 % seulement. Il paraît (enquête IFOP de février 2021) que 14% des métropolitains utilisent leur vélo tous les jours ou presque… Un chiffre étonnant d’après ce que nous observons sitôt que nous nous éloignons de Bordeaux centre.

Source : Bordeaux Métropole - Evolution part modale vélo
Source : Bordeaux Métropole – Evolution part modale vélo

L’apparition du Corona virus en 2020 a largement mis en avant l’intérêt de la bicyclette pour les déplacements de courtes distances, appuyée en cela par le développement des vélos à assistance électrique.

Les collectivités ont assez largement « joué le jeu » en aménageant en un temps record (quand on veut on peut !) des couloirs bus, des bandes cyclables élargies, des doubles sens cyclables, etc. Et cela a fonctionné puisque nous avons vu effectivement croître le nombre de cyclistes dans des zones qui étaient jusque là peut fréquentées. Regrettons au passage que certains de ces aménagements aient été rapidement supprimés dans certaines communes.

Cela démontre bien l’importance de l’investissement dans des aménagements de qualité qui permettent aux usagers de se sentir en sécurité et de se déplacer rapidement.

 

L’élaboration d’un nouveau plan vélo

Carte du réseaux cyclable ReV
Source : Bordeaux Métropole – Réseau vélo express ReVE

Nous ne reviendrons pas sur la démarche de co-construction de ce plan, celle-ci étant largement détaillée dans les documents métropolitains, si ce n’est pour souligner l’investissement de Vélo-Cité dans ce processus.

C’est ainsi l’occasion de remercier toutes celles et tout ceux qui ont apportés idées et compétences que ce soit dans les ateliers, les diverses réunions, les documents élaborés ou les projets spécifiques portés par notre association  comme le « Plaidoyer pour une Métropole Cyclable » que nous portons depuis 2019 et que nous avons fait « approuver » par un nombre important de candidats aux dernières élections municipales.

Il n ‘est pas inutile d’en rappeler les grandes lignes qui tiennent en 5 propositions à réaliser d’ici 2026 :

  • un réseau cyclable à haut niveau de service
  • un parc circulaire sur les boulevards
  • une métropole intermodale
  • des villes et centres ville actifs, apaisés, attractifs
  • faire émerger une « génération vélo ».

Nous pouvons nous attarder sur celui-ci pour constater que le projet du réseau vélo express dit ReVE (à voir ci-dessus) présenté par la Métropole reprend en large partie celui que nous avions élaboré et présenté dans notre plaidoyer (ci-dessous), qu’il s’agisse de son tracé ou des standards d’aménagements qui manquaient tant dans le précédent projet de réseau express.

Carte du haut réseau cyclable Bordeaux RCHNS - Vélo-Cité

Réaliser ses ambitions …

L’objectif ici n’est pas d’entrer dans le détail des différents axes et actions figurant dans le document métropolitains. Nous les approuvons largement. Et nous espérons surtout qu’ils seront menés à terme.

Car nous le constatons régulièrement, des projets ambitieux sont trop souvent révisés à la baisse pour un tas de bonnes raisons : difficultés techniques, coût de réalisation, changement de politique… Et aussi la méconnaissance des bonnes pratiques par les concepteurs et la mise en œuvre avec des compétences limitées par les entreprises réalisatrices.

Cette difficulté à réaliser des aménagements adaptés et agréables tant pour les cyclistes que pour les piétons n’est pas spécifique à Bordeaux, c’est un problème national.

C’est pour cela que notre fédération, la FUB, a lancé un programme baptisé « Académie des Experts en Mobilité Active » (ADMA) qui vise à doter la France d’une réelle expertise en matière d’intégration des sujets vélos et piétons dans l’ensemble des politiques publiques et privées.

 

Nous enjoignons donc les collectivités et les entreprises de la métropole et de l’ensemble du département à s’intéresser de près à ces formations.

Dans le même ordre d’idée il est désormais indispensable, et cela est prévu, de faire évoluer le guide de conception des aménagements cyclables. Est-il admissible qu’aujourd’hui les aménagements disparaissent dans les carrefours qui sont les lieux les plus dangereux pour les cyclistes ?

C’est un exemple parmi d’autres : nous souhaitons que les nouveaux aménagements assurent une continuité visuelle des itinéraires cyclistes dans les carrefours.

 

La question du financement du ReVe

La délibération du conseil de Bordeaux Métropole du 25 novembre, précise :
A l’horizon 2030, le coût de réalisation du ReVE est estimé à 150M€. En attendant d’affiner ce coût au gré des études qui seront menées dans les prochains mois et années, et en se basant sur les études et travaux déjà inscrits aux Contrats de codéveloppement 2021-2023, une AP à hauteur de 70M€ sur 5 ans, sera proposée à l’occasion du vote du budget 2022.

Une AP, c’est une autorisation de programme; en application d’une règle de gestion pluriannuelle :
« les autorisations de programme constituent la limite supérieure des dépenses qui peuvent être engagées pour le financement des investissements. Elles demeurent valables, sans limitation de durée, jusqu’à ce qu’il soit procédé à leur annulation.
Elles peuvent être révisées ».

Ce qui va être important de vérifier et devra constituer un point de vigilance pour Vélo-Cité, c’est l’ouverture des crédits de paiement dans les différents budgets de la mandature.

La mention des 70 M€ et un indicateur intéressant mais nous l’accompagnons de toutes les réserves quand à sa portée réelle si  l’ouverture des crédits de paiement ne sont pas effectués en temps et en heure pendant la mandature.

Nous publierons donc régulièrement un baromètre, actuellement en cours d’élaboration,  du suivi de mise en œuvre du RCHNS (ou réseau ReVE).

 

S’emparer des plans métropolitains collectivement

Avoir des plans vélo et piétons métropolitain c’est très bien, cela permet d’obtenir de la cohérence sur l’ensemble du projet (éviter par exemple les aménagements qui s’arrêtent en limite de commune !).
Mais cela suffit-il ? Probablement pas.

Porter à la connaissance de ses administrés les différents choix effectués, les priorités, les actions concrètes relève d’un simple devoir démocratique. Il ne suffit pas en effet de construire des pistes ou d’aménager certains secteurs en concertation et avec l’appui de la métropole. Beaucoup d’actions peuvent et doivent aussi être menées par les Mairies : sensibilisation, information, formation, stationnement des vélos, lutte contre les stationnement dangereux de véhicules, vitesse. Concernant les piétons l’éventail est tout aussi large : désencombrement des trottoirs, remise en état, prise en compte des personnes à mobilité réduite, etc.

Nous souhaitons que chaque commune publient dorénavant ses plans locaux sur les même thèmes.

 

Aller de l’avant

Ne perdons pas de vue notre ambition de devenir une métropole cyclable de référence. Le déploiement d’un réseau cyclable à haut niveau de service est indispensable et une étape clé pour permettre le développement de la pratique du vélo. Mais nous devons également appuyer des projets innovants et permettant une réelle valorisation du vélo dans l’espace public. C’est pour aller dans ce sens et donc pour aller plus loin, que nous avons pensé une grande vélorue inter-quartiers dans Bordeaux :

La vélorue bordelaise interquartier

Ce projet nous vous le présentons en détail sur notre site et vous invitons à le découvrir si ça n’est pas déjà le cas : https://velo-cite.org/pour-une-grande-velorue-bordelaise/.

Si ce type d’aménagement voit le jour dans Bordeaux, nul doute qu’il pourrait faire des émules dans le reste de la métropole. La vélorue, bien qu’elle soit un dispositif peu déployé en France, présente de nombreux avantages parmi lesquels la place faite aux cyclistes dans des rue qui habituellement favorisent les automobilistes. Un premier pas vers une ville aux cyclistes (mais aussi aux piétons). Une ville apaisée donc !

Sur le blog Isabelle et le vélo, un très bon article explique l’utilité d’un tel dispositif : https://www.isabelleetlevelo.fr/2020/09/14/les-velo-rues-un-dispositif-tres-utile-neglige-en-france/.

 

Ne pas sombrer dans l’autosatisfaction

Certes Bordeaux Métropole compte parmi les métropoles les plus cyclables en France : en 2017, la part modale du vélo était déjà de 8% à l’échelle métropolitaine et de 13% à l’échelle de Bordeaux.

Source : Bordeaux Métropole - Evolution du réseau d'aménagements cyclables entre 2010 et 2020
Source : Bordeaux Métropole – Evolution du réseau d’aménagements cyclables entre 2010 et 2020

Si Bordeaux se situe à la 6ème place des villes cyclables d’après le dernier classement de Copenagenize (2019) nous mesurons le chemin à parcourir pour atteindre les toutes premières places : Copenhague et Amsterdam frôlent ou dépassent les 50 %.

Rappelons aussi que les allemands sont 26 % à utiliser le vélo pour leur trajet domicile-travail de moins de 5 km, contre 5% des français seulement !

N’oublions pas que la gare centrale d’Amsterdam offre 10.000 places de stationnement vélo auprès de qui nos 720 emplacements de la gare Saint Jean (sécurisés et payants) font pâle figure.

En bref : si avoir une ville cyclable est l’objectif, encore faut-il que les habitants s’en rendent compte et deviennent pratiquants.

 

En conclusion

Si Vélo-Cité s’inscrit pleinement dans les grands axes de ce plan vélo, ce qui est la moindre des choses puisque nous avons largement participé à son élaboration, nous ne manqueront pas de dénoncer retards, dérives et autres embrouilles.

Vous pouvez compter sur nous pour être vigilants dans son application.

Dans la même categorie

Planning Vélo-école

Prochaine session de la vélo-école du 16 mai au 17 juin 2022

Vélo-école session 2022 Vélo-Cité

Session en cours : jusqu’au 6 mai.

Notre prochaine session de vélo-école aura lieu du lundi 16 mai au vendredi 17 juin.

Les cours se déroulent les lundis, mercredis et vendredis matin, de 10h à 12h. 2h par séance, 13 séances en tout, pour vous apprendre à faire du vélo et à rouler en ville.

Coût : entre 100 € et 160 € (incluant l’adhésion et l’assurance) en fonction du quotient familial. 25€ pour les bénéficiaires du RSA, et 50€ sur prescription d’une assistante sociale (contactez votre référent). Possibilité de régler en plusieurs fois.

Prêt de vélos, de casques, de gilets de sécurité, de capes de pluie en cas d’intempéries.

+ d’infos et contact : Sébastien ROUSSEAU – 05 56 81 63 89 / veloecole@velo-cite.org /

 

Remise en selle

Vélo-Cité vous propose des cours de « Remise en selle » pour (ré)apprendre à rouler à vélo en ville.

Maniabilité / Déplacement en ville / Règles d’or de la circulation à vélo / Conseils personnalisés / Réglages et entretien du vélo

Prochaines dates : les 15, 17 et 24 mai prochains de 9h à 12h.
Les 2, 8, 13, 20 et 28 de 14h à 17h.

+ d’infos et contact : 05 56 81 63 89 / veloecole@velo-cite.org /

Vélo-école Vélo-Cité

 

 

Vélo Kids, une vélo-école dédiée aux plus jeunes

Vélo-école kids Summer Vélo-Cité

Pour rappel, notre vélo-école est également ouverte aux kids. Tout au long de l’année nous vous proposons des sessions de vélo-école kids. En individuel ou petit groupe, nous apprenons à vos enfants à faire du vélo ou à se sentir en confiance sur leur deux-roues.

Tarif unique : 25€ les 2 heures pour les sessions en groupe (à partir de 3 enfants). Nous contacter pour les tarifs des cours individuels.

+ d’infos et contact : 05 56 81 63 89 / veloecole@velo-cite.org /

Ca s’est passé dernièrement

Du  20 au 24 décembre dernier, la Vélo-école ExpresS de Noël

Vélo-école de Noël - Décembre 2021 Vélo-Cité

Elles étaient 6 à participer à notre Vélo-école ExpresS de Noël, toutes ravies d’avoir appris à l’issue de ces 5 jours à faire du vélo ! Un grand merci à Assia, Soumia, Fatima, Lili, Marie et Sally pour leur énergie et enthousiasme.
Et un grand merci à l’AF3V d’avoir permis cette session gratuite.
On vous prévient sur cette page si de prochaines sessions sont organisées avec l’AF3V, restez connecté.

 

 

Dans la même categorie

Adhésion annuelle 2022 Vélo-Cité

Adhésion annuelle 2022

Donnez votre voix & soutenez notre plaidoyer pour « La Métropole à vélo »

Adhésion Vélo-Cité 2022

Pour adhérer ou réadhérer en 2022 à Vélo-Cité, c’est dès maintenant !

> Adhésion en ligne
> Adhésion par courrier via le bulletin papier

Adhérez simplement à Vélo-Cité

Pour adhérer ou réadhérer à Vélo-Cité, vous pouvez le faire simplement en ligne ! Il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous, et de vous laisser guider sur le site sécurisé HelloAsso.

ADHÉRER EN LIGNE

Autre possibilité, vous inscrire via notre bulletin d’adhésion 2022 à compléter et à renvoyer à Vélo-Cité – 16 rue Ausone, 33000 Bordeaux – accompagné de votre règlement par chèque. L’adhésion couvre une année civile, de janvier à décembre. Toutefois, une adhésion payée à partir du 1er novembre est valable jusqu’au 31 décembre de l’année suivante.

BULLETIN D’ADHÉSION À TÉLÉCHARGER

Faire un don au moment de votre adhésion et profiter du crédit d’impôts

Par ailleurs un don à l’association donne droit à une déduction fiscale à hauteur de 66%. Un don de 100€ vous reviendra en réalité à 33€.

En 2022, Vélo-Cité est confrontée à une nouvelle dépense d’investissement ; nous devons impérativement renouveler les vélos utilisés dans le cadre de la vélo-école. Pour contribuer à financer cette dépense d’investissement, vous pouvez ajouter un don à votre adhésion.

FAIRE UN DON

 

POURQUOI ADHÉRER ?

Pour donner du poids à Vélo-Cité et contribuer au maintien et au développement d’une métropole cyclable et apaisée.

C’est grâce à la voix de plus de 1300 adhérents, à vos retours terrain et votre implication que l’association vit, promeut le vélo, défend les intérêts des cyclistes et mobilise les décideurs sur la Métropole.

Depuis 1980, l’association mène de multiples «combats» pour obtenir des aménagements cyclables (le Pont de Pierre à Bordeaux, l’avenue de Beaudésert à Mérignac,…), utiliser les couloirs de bus, monter les vélos dans le tram, mettre en place des doubles sens cyclables ou des panneaux de «cédez-le-passage cycliste au feu rouge», créer des lieux de stationnement, etc.
Et développe de nombreux programmes en interne afin d’inciter à la pratique du vélo : Vélo-école/Remise en selle, pour apprendre aux petits et grands à faire du vélo et à rouler en ville ; Au boulot à vélo, pour aider les entreprises dans le déploiement de leur plan vélo ; La Maison itinérante du vélo de la Rive droite, et ses nombreux ateliers participatifs pour vous apprendre à réparer votre vélo et à l’entretenir.

La demande ne fait qu’augmenter sur ces différents programmes ce qui vient confirmer l’essor du vélo en ville comme moyen de déplacement.

Mais il reste encore tant à faire !
La cotisation des adhérents est une ressource importante pour l’association.

En adhérant vous nous aidez matériellement et vous devenez membre d’un réseau influent.

En 2020 nous avons lancé un grand plaidoyer pour « La Métropole à vélo 2020-2026 », pour lequel nous nous mobiliserons et pour lequel nous veillerons à ce que les élus tiennent leurs engagements. Votre soutien permettra de défendre et de suivre ce dossier pendant les 6 années à venir.

Le troisième Plan vélo annoncé par la métropole à l’automne 2021 avec ses 270 kilomètres de pistes cyclables va dans ce sens.

Ci-dessous, le plan du réseau cyclable à haut niveau de service dans toute la métropole RCHNS (horizon 2026) proposé en 2020 dans notre plaidoyer, et qui a pour objectif également de résoudre les discontinuités cyclables.

Et la carte du réseau vélo express, baptisé REVe : 270 km sans discontinuité et 174 opérations d’aménagement de pistes cyclables entre 2021 et 2023.
Nous souhaitons également la création d’une grande vélorue structurante et continue interquartiers.
Découvrir : Le plaidoyer
Découvrir : Le projet de vélorue
Enfin, l’adhésion à Vélo-Cité c’est >
• des réductions chez nos partenaires vélocistes
• l’accès aux ateliers de réparation participatifs de la Maison Itinérante du vélo et des mobilités de la rive droite
• la participation gratuite à des ateliers de Remise en selle
• un bulletin d’informations 4 fois par an,
• des animations réservées aux adhérents,
• la possibilité de participer à des groupes de travail et au fonctionnement de l’association
• des avantages chez nos partenaires : Citiz Bordeaux (autopartage), Tout Art Faire (balades culturelles à vélo)

Forum du Bénévolat de la ville de Bordeaux – Le samedi 11 décembre 2021

Forum du bénévolat 2021 - Mairie de Bordeaux Vélo-Cité

Venez nous rencontrer samedi 11 décembre et découvrir nos différentes activités bénévoles au sein de Vélo-Cité !

Nous serons présents au Forum du Bénévolat de la ville de Bordeaux à l’EFAP Bordeaux Chartrons de 14h à 18h.

Inscription conseillée.
En savoir plus 👉 https://www.bordeaux.fr/e190786/forum-du-benevolat

Continuer la lecture de Forum du Bénévolat de la ville de Bordeaux – Le samedi 11 décembre 2021

Dans la même categorie