Cycliste et solidaire

Depuis 2015, il est le président de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul de Mérignac

L’association caritative chrétienne partage le même lieu (le Relais des Solidarités à Mérignac, RDS) que d’autres associations laïques (Croix Rouge , Secours populaire et Restos du Cœur) dans « une excellente entente , agréable et motivante », insiste-t-il. Le RDS n’a pas fermé ses portes pendant le confinement et continue à assurer, malgré un effectif réduit, un soutien alimentaire aux personnes en difficulté et un service de douche. Cycliste dans l’âme, il se rend donc deux à trois fois par semaine au RDS à vélo, et ce depuis 2014, date à laquelle il en est devenu bénévole, à sa retraite. Habitant Arlac, cela lui fait un trajet d’environ dix à quinze kilomètres par semaine. Ce n’est rien si l’on compte que le vélo, il le pratique depuis plus de 40 ans.

Screenshot 2020-06-10 at 10.56.21 AM

Car avant sa vie associative, il avait sa vie professionnelle. « J’ai eu la chance de travailler sur Bordeaux, et j’allais tous les jours au travail à vélo, soit 20 kilomètres par jour. On arrive au total cumulé de plus de trois fois le tour de la planète », s’amuse-t-il à compter rapidement.» Depuis que je suis à la retraite, je peux faire presque tous mes déplacements en vélo, ou à pied, tout au moins quand ils se situent sur la rive gauche. Pour la rive droite j’y vais en tram ou en voiture.”

En revenant à un ton plus sérieux, le bénévole-cycliste revient sur l’impact de la pandémie sur l’activité de la Conférence : « Le confinement nous a poussé à aller plus loin dans nos démarches de collaboration et de complémentarité entre associations. Pour continuer en ce moment à assurer la distribution alimentaire au RDS, nous avons organisé une distribution commune gratuite en mutualisant tant nos bénévoles que nos denrées alimentaires et produits d’hygiène. Cela a permis une distribution auprès de trois cent familles dans le besoin, ce qui représente environ mille personnes.

À celles-ci, il faut rajouter une centaine de familles bulgares dans l’impossibilité de pouvoir se déplacer simplement. Nous avons donc organisé avec le CCAS et la municipalité une livraison alimentaire sur les sites mêmes des trois campements existant sur Mérignac. L’état de ces campements est déplorable : le terrain est boueux, les caravanes sont en piteux état, les conditions sanita ires désastreuses . Certes, l’occupation des lieux est illégale, mais quelle alternative propose-t-on pour ces frères en humanité ? Le confinement aggrave leur situation : plus de travail, plus de déplacement, plus d’accès à internet.

Pour les enfants, le décrochage scolaire est inévitable. Les aides sociales sont difficiles et soumises à des conditions très restrictives car officiellement ils ne sont pas migrants, puisque la Bulgarie appartient à l’Union Européenne. » Il reprend son souffle (compliqué derrière ce masque) encore marqué par ce qu’il a vu. On revient vers le vélo : « Je suis un passionné et un convaincu des bienfaits du vélo, sur le plan santé certes, mais aussi économique et écologique. Quand je pédale, je suis apaisé, c’est un temps de repos pour moi. » Nous finissons l’entretien avec la photo devant le RDS. Il serre le guidon de son vélo, on décèle chez lui un réconfort immédiat.

Par Satch’

Dans la même categorie