Pourquoi se déplacer à vélo ?


Petit tour d’horizon, ou 10 bonnes raisons de faire du vélo en ville.

Le vélo, c’est rapide ! 
En milieu urbain, le vélo est le plus rapide des moyens de transport. Les nombreux embouteillages limitent les déplacements rapides des automobilistes et des transports en commun. Le cycliste ignore les embouteillages et il atteint facilement la vitesse moyenne d’un véhicule motorisé. En outre, le cycliste ne tourne pas de longues minutes pour trouver une place de stationnement. Pour les trajets de moins de 5 km, le vélo est imbattable !
Le vélo, c’est bon marché !
 À vélo, pas besoin de faire le plein, pas de taxes ou d’assurances, peu de frais d’entretien ou de réparation, pas de parking coûteux… Un vélo ne coûte pas cher et son prix est amorti dès la première année.
Le vélo, c’est bon pour la santé !
 Rouler à vélo permet de faire du sport pendant ses déplacements, et gratuitement ! Praticable à tout âge il permet de lutter entre autres contre les accidents cardio-vasculaires et l’obésité. Les cyclistes augmentent leur espérance de vie en bonne santé.
Le vélo, c’est la liberté !
 Que l’on soit jeune ou plus âgé, riche ou pauvre, le vélo permet à tous d’être autonome, de ne pas dépendre d’un tiers pour se déplacer. Avec le vélo, chacun peut se rendre où il veut, quand il veut, de jour comme de nuit.
Le vélo, c’est bon pour l’environnement !
 Pas de rejets de gaz à effet de serre, de micro-particules ou d’émanations toxiques, pas de bruit. La pratique cycliste apaise la ville et améliore ainsi la qualité de vie de tous. De plus le vélo est silencieux et préserve l’environnement sonore.
Le vélo, c’est plus convivial !
 Parce que le cycliste peut s’arrêter facilement pour échanger avec un voisin, un ami, une rencontre. Parce que le cycliste n’est pas enfermé comme l’automobiliste dans un espace réduit qui isole, il est plus ouvert aux autres.
Le vélo, c’est bon pour l’économie de proximité !
 Les cyclistes (et les piétons) dynamisent les commerces de proximité : ils effectuent leurs achats dans leur quartier, et s’arrêtent plus facilement et plus souvent.
Le vélo, c’est bon contre le stress ! Le cycliste connaît parfaitement le temps qu’il lui faut pour joindre un point à un autre. Il n’est que peu concerné par les embouteillages, pannes ou grèves. Il est donc plus décontracté pour aller ou revenir de son lieu de travail. Conséquences : à sa bonne forme physique, s’ajoute le fait qu’il est moins stressé et donc plus apte à l’action.
Le vélo, c’est le complément idéal des transports en commun !
 De bonnes infrastructures cyclables augmentent le nombre d’usagers des transports en commun, car elles permettent de rejoindre une gare, une station de tram ou de bus plus rapidement qu’en voiture.
Le vélo, c’est la découverte !
 En variant ses parcours, ce qui est facile, le cycliste découvre (ou redécouvre) son quartier, sa ville ou l’agglomération et ses habitants. Il accède facilement aux sites patrimoniaux, aux monuments, aux parcs, ainsi qu’aux manifestations culturelles ou sportives.
Et si dix raisons ne vous suffisent pas, Carfree en a recensé 185 !

Créée en 1980, Vélo-Cité, association à but non lucratif, a pour objectif d’encourager l’utilisation du vélo comme moyen de déplacement quotidien.
Nous agissons pour :
La modération de la circulation automobile : réduction des vitesses et du trafic par des aménagements de voirie, une maîtrise du stationnement et de l’étalement urbain.
Des aménagements cyclables simples et sûrs : bandes et pistes cyclables, couloir bus ouverts aux vélos, rues cyclo-piétonnes, double-sens cyclables, zones 30, carrefours aménagés…
Une complémentarité vélo + transports collectifs : garages à vélos près des gares, parcs vélos près des arrêts, transport gratuit des vélos dans les trains.
• Des dispositifs contre le vol des vélos : arceaux de stationnement ou garages à vélos à proximité des lieux publics et dans les immeubles, marquage des vélos…
Des services pour les cyclistes : locations de vélos, vélos de service, ateliers de réparation, réseau de vélocistes, vélo-écoles, vélobus-pédibus…
La mise en place de Codes de la rue : une adaptation du code de la route avec une meilleure prise en compte de l’ensemble des usagers : piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite…•
Moyen de transport individuel, le vélo est un « mode actif »c’est à dire un transport qui utilise la force de l’individu qui se déplace. Cet objet fait un bien fou ! D’abord à celui qui l’utilise mais également à ceux qui le côtoient.
C’est pour que le plus grand nombre découvre le plaisir et les avantages de ce mode de déplacement que les associations comme Vélo-Cité ont vu le jour.