L’avenir de la place Gambetta

Le réaménagement de la place Gambetta à Bordeaux (création de la station de bus et mise à double sens de la circulation) a apporté une réelle amélioration pour les cyclistes. Mais une refonte complète est en projet.

Deux points durs subsistent actuellement : le tourne-à-gauche à l’angle nord-ouest en direction du sud (avant l’entrée de la rue Judaïque) et le tourne-à-gauche à l’angle sud-ouest en direction de la porte Dijeaux (avant l’entrée de la rue Nancel-Pénard).

En 2015, une concertation pour la refonte complète de la place a eu lieu. Vélo-Cité y a participé en énumérant des objectifs essentiels à ses yeux, objectifs que voici.

Ce qu’imagine Vélo-Cité
Le réaménagement de la place pourrait se concevoir comme une grande aire piétonne qui permette aux cyclistes tous les accès dans tous les sens vers les quatre coins de la place, sans avoir à faire le tour dans le sens de la circulation générale. Cela implique la création de doubles sens cyclables sur les quatre côtés de la place.

D’autre part, il faut une gestion du carrefour à l’entrée de la rue Nancel-Pénard qui soit compatible avec un trafic piéton très élevé (agrandissement très sensible des espaces d’attente lors des traversées en plusieurs temps, îlots et trottoirs plus larges) et ensuite améliorer dans le même esprit chacun des trois autres angles, pour réussir à ce que dans les quatre angles, le tourne-à-gauche cycliste soit lisible et sécurisé.

Enfin, concernant le stationnement, il faut moderniser les accès au parking souterrain pour le rendre plus attractif (ascenseur, rampe). Il conviendra aussi et surtout d’augmenter le nombre d’arceaux, de mieux les répartir et de les rendre directement accessibles depuis les zones de circulation (pas sur les trottoirs !), puis de prévoir suffisamment d’arceaux pour les deux-roues motorisés.

Le pré-programme officiel
Depuis, un pré-programme architectural et paysager a été élaboré, et laisse présager une réalisation confortable pour les piétons et les cyclistes. Voici quelques morceaux choisis.

« Le concept de la place-jardin sera respecté et l’îlot central planté sera conservé. La réussite du projet dépend fortement de l’apaisement de la circulation automobile. Aussi le projet devra garantir une meilleure compatibilité entre les modes de déplacement (bus, automobiles, modes alternatifs). La solution proposée devra garantir une cohabitation harmonieuse avec les autres modes de déplacements (VL, vélos et piétons).

Le projet devra permettre d’élargir les trottoirs (cheminements, étalages, terrasses, braderie, flânerie…), traiter les traversées piétonnes entre les différentes faces de la place, gommer le caractère routier des espaces circulés, aménager les continuités cyclables entre les cours Clémenceau, Nancel-Pénard, le secteur piétonnier et les principaux itinéraires interquartiers.

Le futur statut réglementaire de la voirie n’est pas arrêté : zone 30 (hypothèse possible et compatible avec le transit et les usages projetés, piste privilégiée), aire piétonne (option peu adaptée sauf partiellement, dans l’hypothèse où le jardin serait raccroché au socle piétonnier du centre historique) ou zone de rencontre (hypothèse non souhaitable, car niveau de circulation élevé et insertion des transports en commun plus difficile).

Compte tenu de l’intensité des flux de vélos dans le secteur, les propositions doivent apporter une réponse satisfaisante à la question des conflits potentiels vélos/voitures, mais également vélos/piétons. L’offre en stationnement pour les vélos sera renforcée. Le principe retenu est de répartir l’offre selon les principaux points d’appel (équipements, linéaires commerciaux attractifs, stations de TC) et de prévoir un espace suffisant pour leur extension future. La localisation de ces aires dédiées se fera de manière à sécuriser au mieux les usagers. Leur implantation devra dissuader la traversée du square à vélo. La station de vélos en libre-service (VCub) est maintenue sur le site. Il s’agit de la seconde station VCub la plus utilisée sur l’agglomération. Compte tenu de son succès, sa capacité sera portée de 20 places à 40 places. Son emplacement actuel côté nord ne pose pas de problème particulier. Néanmoins, son implantation pourra être revue si le parti d’aménagement proposé le justifie. Un parking réservé aux vélos est installé dans l’un des trois souterrains encore existants sous la place (anciennes galeries aujourd’hui désaffectées et permettant de traverser les voies circulées). Sa capacité actuelle est de 90 places. L’accès à ce parking sera revu (escalier peu ergonomique). Il est à noter que les concepteurs pourront faire des propositions sur la vocation des différents souterrains.

La fréquentation des cyclistes et motards est importante. L’offre en stationnement est aujourd’hui insuffisante et gagnerait à être confortée, une répartition judicieuse des espaces réservés aux deux-roues motorisés doit être pensée au-delà de la place.

Le stationnement auto de surface sera proscrit à l’exception d’aires de livraisons ou d’arrêt-minute de la crèche associative. Pour éviter le stationnement illicite sur trottoir, des mesures de protection physique devront être proposées (doubles bordures). La limitation des potelets et des barrières sera ainsi recherchée. »

Dans le cas où le jardin central serait rattaché au reste du quartier côté cours de l’Intendance dans une vaste zone piétonne, il faudra que la traversée auto de cet espace soit réellement contrôlée pour y permettre une circulation cyclable sécurisée, car la zone qui resterait à la circulation de l’autre côté serait surchargée.

Rien n’est vraiment gagné encore, et il convient de rester mobilisés.

 

Dans la même categorie