LETTRE OUVERTE AU FUTUR OU À LA FUTURE PRÉSIDENT.E DE BORDEAUX MÉTROPOLE

La lettre est disponible en téléchargement ici.

Lettre ouverte Vélo-Cité« La mobilité s’apprend, expérimente, nécessite des connaissances et des compétences »
POLITIQUE DES MOBILITÉS ACTIVES : LETTRE OUVERTE AU FUTUR OU À LA FUTURE PRÉSIDENT.E DE BORDEAUX MÉTROPOLE
Bordeaux, le mercredi 15 juillet 2020

 

Mesdames et Messieurs les élu.e.s,

Une nouvelle mandature s’ouvre pour notre Métropole, avec la promesse d’un « monde d’après confinement » meilleur que le « monde d’avant ». Nous voulons en effet croire que l’ambition d’habiter une ville majoritairement apaisée est possible et partagée. Après une campagne pour les élections municipales ayant fortement convoque le thème
des mobilités, la reprise d’activité que nous vivons montre combien les attentes pour
une mobilité décarbonée sont nombreuses. Depuis quelques semaines, le recours aux
mobilités actives — marche, trottinette et surtout vélo — est en forte croissance, que ce
soit en centre-ville mais aussi et surtout en périphérie, avec respectivement de +10 à
+80% de hausse de la pratique cyclable.

Ce phénomène est similaire dans toutes les grandes métropoles, et toutes ou presque se
sont engagées à déployer massivement de nouvelles infrastructures cyclables, que ce
soit en urgence ou à moyen terme.
Dans notre Métropole, l’expérience en cours du plan d’urgence vélo montre l’importance
de trois éléments clés pour réussir une politique cyclable :

  •  une approche globale à tout le territoire, entrainant un effet de levier d’une
    commune à l’autre ;
  • un financement métropolitain spécifiquement fléché à cette fin, permettant un
    déploiement rapide ;
  • la mobilisation exceptionnelle de nombreuses personnes dans différents services.

Cependant, une situation exceptionnelle ne saurait perdurer et nous souhaitons attirer
votre attention sur le manque actuel de moyens humains dédiés spécifiquement au
développement des mobilités actives au sein des services de Bordeaux Métropole,
alors que ce développement constitue un enjeu majeur pour cette nouvelle mandature.
De même, l’organigramme des services dans ce domaine n’est pas assez clair — les
mobilités actives n’y figurent pas ! — et les difficultés au quotidien sont réelles. Résultat,
trop de projets ne répondent pas, encore aujourd’hui, aux attentes des cyclistes ou ne
s’inscrivent pas dans une vision globale, ce qui est problématique. Par exemple, il n’est
pas normal que des pistes cyclables s’arrêtent aux limites d’une commune, d’une ZAC ou
autre OIM, ou qu’elles soient de nature et qualité différentes entre ces différentes zones
de projet. Pire encore, certaines rénovations lourdes des espaces publics sont livrées
sans aménagements cyclables.

Afin d’améliorer la qualité et homogénéité des infrastructures cyclables, et par là-même
leur sécurité et leur attractivité aux yeux des habitants, nous demandons la
création au sein de la DG Mobilités de Bordeaux Métropole d’une Direction Générale
Adjointe (DGA) en charge des mobilités actives pour une ville apaisée. Un
financement métropolitain à la hauteur des enjeux et des projets doit être
spécifiquement fléché et sécuriée vers cette DGA.

Dans le but d’affirmer et de concrétiser l’ambition politique dans ce domaine, nous
demandons que cette Direction Générale Adjointe soit placée sous la Vice-Présidence
« Mobilités actives » d’un ou d’une élu.e de la future majorité métropolitaine.
Placée au sein de cette Direction, sous l’autorité du ou de la futur.e DGA mobilités
actives, une « mission mobilités actives » doit être développée et dotée de moyens
suffisants pour notamment concevoir et mettre en œuvre sur l’ensemble du territoire de
la Métropole un « Réseau Cyclable à Haut Niveau de Service », ainsi que se sont engages à
le faire de nombreux et nombreuses élu.e.s dans le cadre de notre plaidoyer « La
Métropole à vélo ». A noter qu’à l’issue des élections, les élu.e.s engage.e.s représentent
plus de 80% de la population de la Métropole. A l’instar de la « mission tram », la
« mission mobilités actives » doit être en mesure de déployer dans l’espace public des
aménagements cyclables de manière prépondérante et prioritaire, avec comme objectif
intangible et outre la sécurité, l’exigence de qualité, de continuité et d’homogénéité
pour ces aménagements.

Jusqu’à aujourd’hui, la politique vélo a été menée avec des agents très enthousiastes et
très compétents mais très peu nombreux par rapport aux moyens humains consacres à
d’autres politiques. Nous estimons que cette nouvelle DGA doit comprendre une
vingtaine de personnes au moins, avec de nouveaux chefs/cheffes de projet dédié.e.s
aux mobilités actives. Afin de ne pas alourdir outre mesure la charge des services en
ressources humaines, cela peut s’envisager par rééquilibrage entre différentes
directions. De même, des agents spécialistes des mobilités actives doivent être
déployés dans chaque autre service concerne par l’aménagement urbain (signalisation,
stationnement vélo, pôles territoriaux, etc). Objectif : multiplier les petites opérations,
sur un rythme plus élevé que les années précédentes et de manière homogène sur
tout le territoire métropolitain. Enfin, le travail d’acculturation et de formation base
sur les exemples de qualité danoise ou hollandaise en matière d’infrastructures cyclables
est essentiel et doit être poursuivi et amplifie.

Telles sont les conditions préalables et nécessaires, à nos yeux, pour faire de Bordeaux
une « capitale mondiale des mobilités actives » et accélérer drastiquement la transition
écologique de notre ville :

  • nomination d’une Vice-Présidence « mobilités actives » issue de la future majorité
    métropolitaine ;
  • création d’une Direction Générale Adjointe en charge des mobilités actives pour
    une ville apaisée, dotée d’un budget dédié et sécurisé ;
  • développement d’une « mission mobilités actives » pour déployer dans l’espace
    public des aménagements cyclables de manière prépondérante et prioritaire ;
  • déploiement d’agents spécialistes des mobilités actives dans différents services et
    formation à la « culture vélo ».

Ce changement de braquet correspond aujourd’hui à une demande forte et répétée des
habitants, qu’il est urgent de prendre en compte.
Dans l’espoir de voir très rapidement les nouvelles ambitions en faveur des mobilités actives se concrétiser, nous vous prions de recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de
nos plus cordiales salutations.

L’équipe de Vélo-Cité